Le 22 mars dernier, Euronext a lancé une déclinaison dite responsable du CAC 40. Ceci pour répondre à la monté en flèche des indices verts et la volonté des particuliers d’investir dans la finance durable.

Comment est composé le CAC 40 ESG ? 

Concrètement, Euronext accompagné de l’agence de notation Vigeo Eiris, a composé un nouvel indice comprenant les 40 entreprises françaises ayant les meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance. Pour ce faire, l’opérateur de marché a utilisé le CAC 40 Large 60 qui regroupe les entreprises du CAC 40 et du CAC Next 20. 

Suite à cette sélection, 9 entreprises du CAC 40, n’intègrent pas le nouvel indice. On retrouve Airbus, Astom, Arcelor Mittal, Dasssault-système, Essilor Luxoticca, Hermès, Saint-Gobain, Thalès mais aussi Total. 

A l’inverse, neuf société du CAC Next 20 ont pu intégrer cet indice. C’est le cas d’Accord, d’Arkema, de EDF, de Genica, de Klepierre , de Sodexo, de Solvay, de Suez et de Valéo. 

Pour le moment, il n’existe pas encore de produits financiers adossés à l’indice CAC 40 ESG. Mais de nombreux gestionnaires d’actifs comme Amundi ou Lyxor, ont cependant déjà signalés leur intérêt pour cet indice et la création d’ETF qui le répliquerait. 

Sur quels critères les entreprises ont –elles été sélectionnées ? 

Pour sélectionner les entreprises constituant le CAC 40 ESG, Euronext s’est appuyé sur la méthodologie proposées par le Label ISR. Ce label Français, fait référence depuis 2016, en termes d’investissement responsable. 

Cette méthodologie permet d’évaluer les entreprises au travers de 3 catégories de critères appelés les critères Environnementaux Sociaux et de Gouvernance (ESG)

  • Les critères Environnementaux, vont s’accès sur les émissions de GES, la gestion des déchets, la prévention des risques climatiques 
  • Les critères Sociaux vont porter sur le respect des droits de l’homme, le dialogue social, la prévention des accidents, la formation du personnel 
  • Les critères de Gouvernance qui prennent en compte l’indépendance du conseil d’administration, la présence d’audit externes, la vérification des comptes. 

La méthode d’intégration des critères ESG dans la constitution de cet indice, s’appuie également sur un mécanisme d’exclusion de certaines activités jugées trop incompatibles avec les critères ESG. On appelle cette méthodologie basée sur l’exclusion le negative screening. Sont exclus du CAC 40 ESG les activités liés au charbon, aux armes controversés, et au tabac. 

Tous les trimestre, le comité scientifique d’Euronext passera en revue les actifs du CAC 40 ESG pour vérifier leur adéquation aux critères. Si certain ne respecte plus les normes demandés, ils seront exclus. Il sera également possible d’exclure des valeurs sans attendre cette revue trimestrielle, dans le cas d’une grande controverse qui va à l’encontre des principes de l’ESG. 

La méthode d’intégration des critères ESG, sera de son côté revue une fois par an par Euronext et Vigeo Eiris pour prendre en compte les évolutions réglementaire en matière de finance durable. 

Pourquoi créer un CAC 40 ESG ? 

La création de cet indice ESG, répond à un intérêt de plus en plus grandissant des investisseurs vers tout ce qui est vert et responsable. Fin 2019 on a pu observer une hausse de l’encours sur les fonds ESG de 21% par rapport à 2018 selon l’Association Française de Gestion Financière. 

Cet intérêt est d’autant plus important que force est de constater qu’en temps de crise, les sociétés ayant une bonne note en matière d’ESG, ont montré un couple rendement risque aussi bon, si ce n’est supérieur à celui d’un actif classique. 

Aujourd’hui, on assiste à un véritable tournant de la finance, selon les mots de Stephane Boujnah, patron d’Euonext, « Le lancement de l’indice CAC 40 ESG constitue une étape importante dans l’accélération de la transition vers une économie durable »

Cependant, certains analystes expriment des réticences face à la composition du CAC 40 ESG. On y retrouve par exemple Vinci qui fait face à une polémique au Quatar. A l’inverse, Dassault a été exclu malgré le développement de carburant d’aviation écoresponsable à faible émission de GES. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.